L'accompagnement individuel par le coaching

Origine

Le mot « coaching » vient du mot français « coche », faisant allusion à une époque où existaient des voitures conduites par un « cocher » dont le but était d’accompagner les voyageurs à destination.

Cette fonction d’accompagnement remonte elle-même jusqu’au Vème siècle avant J.C. et plus précisément à Socrate qui utilisait une technique de questionnement et de reformulation appelée la maïeutique. Cet « art d’accoucher les esprits » est appliqué aux personnes qui « ignorent qu’elles savent pour leur faire exprimer un savoir caché en soi ».

Une proposition de définition plus actuelle

« C’est une série d’entretiens individuels entre vous-même et un tiers extérieur dont c’est le métier (le coach). Ces entretiens ont pour but de vous aider à atteindre vos objectifs et à réussir votre vie professionnelle en trouvant vous-même vos propres solutions »
– D’après François Délivré

A cela, s’ajoute qu’un coaching efficace permet à une personne de faire le tri entre ce qui dépend d’elle et ce qui ne dépend pas d’elle et d’en déduire ce qu’elle en fait concrètement.

Approches théoriques

De nombreuses approches théoriques sont venues enrichir le coaching. Parmi elles, l’approche systémique propose de faire travailler les personnes sur la représentation qu’elles ont des faits et non sur les faits eux-mêmes. L’hypothèse est que ce qui entretient un problème, ce sont les tentatives de solution. Faire « toujours plus de la même chose » donne « toujours le même résultat » !

Les techniques de la Communication Non Violente apportent un soutien précieux dans tout processus de dialogue avec autrui.

Cadre déontologique

L’accompagnement en coaching suppose de définir un objectif à atteindre, un nombre, une durée et un rythme de séances ainsi que le lieu et le coût de la démarche.

Le coach garantit la confidentialité et le regard bienveillant des propos entendus, le respect du cadre fixé au démarrage et les moyens d’atteindre les résultats attendus. Conformément au code déontologique de la Fédération Européenne de Coaching EMCC, il est suivi régulièrement par un superviseur et un groupe de pairs.

De son côté, la personne accompagnée pose un problème précis à résoudre, dispose de suffisamment d’envie pour accepter le principe d’une remise en cause et pour mettre en place des actions concrètes en vue de réussir l’objectif poursuivi.

La relation avec le coach est en elle-même « modélisante » pour le coaché puisque ce dernier repart non seulement avec de nouveaux outils mais aussi avec la capacité de transposer dans de nouvelles situations la posture, les éléments de réponses qu’il a expérimentés et vécus durant l’accompagnement.